Durmstrang & Magie
Bonjour et Bienvenue à Durmstrang jeune sorcier!

Si tu n'as pas encore mit un pied dans notre univers magique, il est obligatoire d'aller s'inscrire dans notre Monde. Ici, ce n'est qu'une école!

Si tu es déjà inscrit et que tu as choisis d'étudier à Durmstrang, qu'attends-tu pour aller en cours?

Tu veux en savoir un peu plus? Alors saches que Beauxbatons accueille principalement des garçons, mais si tu es une fille il reste encore de la place Wink
Vous serez réparti dans l'une des trois maisons (Pozhar, Voda, Zemlya) et vous devrez tout faire pour la faire gagner! Cette maison sera donc votre seconde famille, et ce pendant 8 ans!
Sans compter que vous avez 6 matières obligatoires (Bienséance & Gestion du domaine, Magie Fondamentale, Potions & Ingrédients, Arts Occultes, Monde Magique & Civilisation, Vol), à partir de votre 3ème année vous devrez choisir une Option (Magie Approfondie, Métamorphoses, Êtres Inférieurs) et à partir de votre 7ème année encore une autre option (Occlumancie & Légimancie, Géopolitique Magique). Sans compter que des garçons se doivent d'être musclés, et des cours de sports sont donc proposés (Aviron, Escalade, Randonnée sportive, Quidditch, Tir à l'arc, ...). Mais des initiations sont aussi proposée (Initiation aux Soins Magiques, Transplanage) pour faire de vous le meilleur sorcier à votre sortie de l'école!
Un programme bien chargé n'est-ce pas? Alors ne perds pas ton temps et dépêches toi de rejoindre Durmstrang! A moins que Beauxbatons ou Poudlard ne te tente?



 

Partagez|

In Memoriam [Philipp ⚡️ Malo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Philipp von Roppelt
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Avec le temps et l’expérience, seule la volonté suffit à créer ce lien.
Mes hiboux : 609
Masculin Mon âge IRL : 22

MessageSujet: In Memoriam [Philipp ⚡️ Malo] Lun 3 Déc - 14:42

Je n’ai jamais su comment j’allais réagir le jour où la vérité finirait par éclater. Sans doute parce qu’au fond de moi, je n’y croyais plus.
Ou peut-être parce j’avais trop peur de savoir ce qui s’était vraiment passé.

Quoi qu’il en soit, je m’attendais au moins à … ressentir quelque chose.

Mais non.
Il n’y a eu ni larmes, ni cris de rage, ni rien du tout. Quelque chose s’était brisé au plus profond de mon âme et me laissait soudain incapable d’éprouver la moindre émotion. C’était comme si on avait anesthésié mon cerveau tout entier, me laissant pour seule compagne une espèce de sérénité implacable et effrayante.

Et puis il y a eu cette haine. Froide. Immense. Viscérale. Accompagnée de cette pensée obsédante qui ne cessait de me torturer l’esprit : mon père a tué Kara. Mon père a tué la seule femme que j’ai jamais aimé.

Aujourd’hui plus que jamais, Malo Retrac me doit des réponses. Et aujourd’hui plus que jamais, il doit payer pour ce qu’il a fait. Pour tout ce que j’ai supporté par sa faute pendant toutes ces années. L’humiliation de ma mère. L’attente. Les trahisons. Les déceptions. Le doute. La honte.

Je sais que c’est égoïste. Je sais que ce qu’il m’a fait vivre n’est pas grand chose comparé aux horreurs qu’il a fait endurer au monde magique... Mais c’est plus fort que moi. C’est la première fois que je dois me battre contre un sentiment aussi intense et destructeur, et je sais déjà que la bataille est perdue d’avance. Alors autant l’accepter pleinement.

***

En silence, je traverse le quartier général des pozhirathelis. Tout semble figé, comme si les murs eux-mêmes retenaient leur souffle sur mon passage.  De toute façon les couloirs sont souvent déserts ces derniers temps. Depuis que le Secrétariat Magique est tombé, la plupart des mangemorts ont préféré investir ce haut lieu de pouvoir, Andreï y compris. Ce dernier a peut-être eu le tact de laisser l’ancien bureau de Jack à Kathleen mais il n’a pas hésité un seul instant à s’approprier toute l’aile sud du bâtiment pour la transformer en véritable bastion. Et rien ne semble lui faire davantage plaisir que se pavaner devant tout le monde, histoire que personne n'oublie que c'est lui qui commande désormais.

D’habitude  cette attitude me dégoûte au plus haut point, mais aujourd’hui elle m’arrange. Je préfère être seul pour affronter mon père. Juste lui et moi.
C’est aussi pour cette raison que je ne l’ai pas fait enfermé aux cachots, avec les autres prisonniers, mais dans les combles. Là où personne ne pourra nous entendre.

Arrivé sur place, je marque un temps d’arrêt devant la porte. Juste de le temps de reprendre le contrôle de ma respiration et de maîtriser le tremblement de mes mains.
Lentement, je sors ma baguette de son étui et passe un pouce sur les rainures du bois. Sur le manche, une unique rune gravée avec soin vient briser la régularité de sa surface. Ger. La rune de la justice. Ironiquement je crois que ma baguette n’aura jamais aussi bien porté son nom.

Avec brusquerie, je déverrouille la porte et fais un pas dans la pièce. Malo Retrac est là, juste devant moi, en chair et en os, pathétique dans son rôle de condamné.
Mâchoires crispés, je l’observe pendant quelques secondes, me demandant vaguement si il va se souvenir de la date d’aujourd’hui. Et si il va faire le lien avec ma date de naissance...
Mais je rejette aussitôt cette pensée stupide, écœuré malgré moi par cet accès de sentimentalisme. Bien sûr qu’il ne va pas faire le lien. Mon père ne m’a jamais souhaité mon anniversaire, je ne vois pas pourquoi il commencerait maintenant... Comme d’habitude, il n’aura rien de mieux à m’offrir que ce goût de déception auquel j’ai fini par m’habituer avec les années.

« Lashlabask.  »

Un jet d’étincelles incandescent jaillit de ma baguette et fait exploser les maillons des chaînes qui le retenaient captif. Avec un peu de chance je l’aurai brûlé au passage.

Sans réfléchir, je m’avance vers lui le poing serré. Et avant même que je ne réalise ce que je suis en train de faire, je m’élance en avant et le frappe sauvagement au visage. Sans la moindre once de culpabilité, je laisse trente ans de doutes, de peurs et de souffrances s’abattre sur lui. Tous mes muscles, toutes mes pensées ne sont dirigés que par une seule envie : lui faire mal. Lui faire le plus mal possible.
Revenir en haut Aller en bas
Ghost
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Ϟ Ghost Ϟ
Elle n'a peut-être pas de coeur, elle tient à son école autant que vous à la vôtre.
Mes hiboux : 80

MessageSujet: Re: In Memoriam [Philipp ⚡️ Malo] Ven 7 Déc - 10:20

Quand vous êtes un mage noire fort détesté de tout le monde, y compris de votre propre famille, il est difficile d'échapper à la case "Azkaban". Pendant des années Malo avait réussi à l'esquiver. Dans l'ombre il avait pu agir tranquillement. Faisant condamner d'autres personnes à sa place. Puis un jour il avait eu besoin de ressortir, de vivre de nouveau dans la lumière. Et il l'avait fait. Malheureusement son règne avait été de courte durée. Ce n'était peut-être pas une mauvaise chose finalement.

A genoux, assit sur ses fesses, le Retrac était là, le regard fixé sur la porte. Une faible porte qu'il arriverait probablement à faire exploser s'il arrivait à récupérer une baguette magique. Une porte moins bien effrayante que celle des détraqueurs. Azkaban. Il y avait passé de drôles de mois là-bas, avant qu'on ne l'en sorte.
Les détraqueurs, ce ne sont pas des monstres très gentils. Ils chassent les moments de bonheur de votre vie. Par chance, on ne pouvait pas dire qu'il en avait eu beaucoup de bons moments dans sa vie. Même la naissance de ses enfants. Alors souvent les détraqueurs ne pouvaient rien lui faire. Mais elle, elle avait réussi. Sa fille. Sa dernière. Celle avec qui il avait passé le plus de temps. Il l'avait vu grandir pendant 5 longues années avant de se rendre finalement compte qu'elle ne serait jamais à la hauteur. Trop faible. Trop changeante. Pas assez de rage. La faute sûrement à sa mère qui avait été si douce avec elle. Cette femme, elle avait été son péché. La seule chose heureuse qui lui soit réellement arrivé. Mais il avait dû l'abandonné, parce que c'était la seule manière d'endurcir Tiphaine. Cette fille qui était venue se venger sur lui. Son cou en gardait d'ailleurs une cicatrice. Il avait eu mal, mais la douleur n'avait pas été comparable à la joie qu'il avait ressenti en voyant sa fille tomber peu à peu dans des envies de vengeance. Malheureusement elle avait perdu. Elle s'était remise sur le bon rail. Mais pas Philipp.
Son fils, il était sa fierté. Le seul. Même s'ils ne s'entendaient pas à merveille - pour preuve il était prisonnier dans ce grenier pourri - il était fier de ce qu'il avait fait. Aujourd'hui le monde craignait les Pozhiratelis. Le monde craignait Philipp von Roppelt. Dommage qu'il n'est pas accepté de garder le nom de son paternel. Enfin surement que sa mère ne lui avait pas vraiment donné le choix. Il n'avait pas élevé cet enfant. Pas même assisté à sa naissance. Et jamais il ne l'avait regretté. Parce que c'était de lui dont il était le plus fier.

La porte s'ouvrit sur celui qui occupait actuellement ses pensées. A sa vue, Malo ne pu se retenir de lâcher un petit sourire mauvais. Les liens qui serraient ses poignets se délièrent et tombèrent sur le sol. Le sorcier aurait aimé pouvoir se frotter, pour faire disparaître les traces, mais il n'en eu pas le temps. Un poing s'abattit rapidement sur son visage. Tombant légèrement sur le côté, surpris par cet acte, le Retrac mit en avant ses mains pour se rattraper avant que son visage n'heurte le sol. Il reste là, le regard rivé sur le planché à quelques mètres de son nez, puis se mit à rire.

Moi aussi je suis ravie de te revoir mon fils.

Il se redressa, reprenant sa position initiale, et posa son regard sur Philipp. En grandissant il commençait à lui ressembler. D'une certaine manière. Malo se releva et écarta ses bras. IL s'étira, profitant d'avoir les mains déliées pour le faire. Il prit une grande inspiration, s'étirant aussi loin qu'il le pu, puis laissa son corps se relâcher totalement. Il porta alors sa main droite sur son oeil, d'où un petit liquide venait de s'écouler. Philipp y avait été fort, il l'avait fait saigné. En même temps Malo se faisait vieux. Malheureusement. La maladie l'emporterait sûrement dans peu de temps.

Je te félicite pour ta prise de pouvoir. C'était sage, réfléchit, et très bien organisé. J'aurais aimé assister au spectacle.

Bien sur, on le lui avait relaté ce spectacle. Il en avait entendu parlé. Ca avait été grandiose. Tellement que c'était là qu'il avait compris que son fils était sa réussite. Qu'il avait fait mieux que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Philipp von Roppelt
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Avec le temps et l’expérience, seule la volonté suffit à créer ce lien.
Mes hiboux : 609
Masculin Mon âge IRL : 22

MessageSujet: Re: In Memoriam [Philipp ⚡️ Malo] Jeu 20 Déc - 17:40

D’un air vaguement sidéré, j’observe Malo éclater de rire, le nez à quelques centimètres du plancher.

Mon fils.

Il y a quelques années, j’aurais donné n’importe quoi pour l’entendre m'appeler comme ça… Mais les choses ont changé. J’ai changé. Et ça fait longtemps que j’ai arrêté de considérer cet homme comme mon père. Comment le pourrais-je seulement ? Il n’a jamais été autre chose pour moi qu’un fantôme, le spectre d’une idée lointaine et confuse. Il ne me connaît pas. Il ne sait rien de mes rêves, de mes regrets ou de mes désirs. Il n’était pas là quand j’étais en proie à la peur ou au doute. Il n’était pas là quand j’avais besoin d’un père.

Je me souviens de notre première rencontre à la Chope Gourmande. C’était en hiver 2124. J’avais oublié mes gants ce jour là, mais ça n’avait aucune importance parce que le sentiment étrange qui me prenait aux tripes était si fort que je ne remarquai même pas la morsure du froid. Je me souviens de cette lettre étrange, de cette écriture si familière et pourtant si étrangère… Je me souviens de l’odeur du pub. De sa chaleur étouffante. Du bruit mat des chopes sur les tables. Du craquement des escaliers à mesure que je montais au deuxième étage. Et je me souviens de lui. De mon père que je rencontrai pour la première fois de ma vie. Ce père qui ne m’a pas souri. Qui ne m’a pas demandé comment j’allais. Qui ne s’est pas approché, ne m’a pas touché, même pas pour, soyons fous, me serrer la main. Non. Il est resté de marbre. Tout ce qui l’intéressait était de savoir combien de mangemorts j’avais sous mon commandement. Et j’ai longtemps souffert de ce manque de considération. Je me souviens de mes larmes, cette nuit là. Je me souviens des mots de Seela.

Mon fils.

Il n’aurait jamais dû oser dire ça.

Pris d’un soudain accès de rage, je l’attrape par le col, le force à se relever et le plaque brutalement contre le mur derrière lui. Le souffle court, je reste comme ça pendant quelques secondes, mon regard planté dans le sien. Je crois que c’est la première fois qu’il y a moins d’un mètre entre nous deux. La première fois aussi que c’est moi qui mène la danse… J’en profite pour l’observer à ma guise, promenant mes yeux le long de ce visage qui a été la cause de tellement d’émotions contradictoires. Vieillir lui va mal au teint. J’espère que je n’aurais jamais une sale mine comme ça… Mais presque malgré moi, j’ai toujours été frappé par notre ressemblance. J’ai exactement la même taille que lui, les mêmes cheveux, les mêmes yeux, les mêmes traits et la même expression à la fois butée et indifférente.

Mais je ne suis pas lui. Je ne suis pas un monstre. Et que je ne le serai jamais.

« Ce n’est pas moi qu’il faut féliciter. Ni pour cette fois, ni pour les autres. Si tu t’étais intéressé à ma vie tu le saurais. »

Je lui crache ma réponse au visage de la même façon dont un serpent aurait craché son venin. Dans un réflexe, je resserre ma poigne autour de son cou et me rapproche un peu plus de lui. C’est grisant. Tout comme ce filet de sang qui perle lentement le long de sa joue.

« Mais tu te doutes bien que je ne t’ai pas fait sortir d’Azkaban pour rattraper le temps perdu... »

Ma voix vibre d’une rancœur difficilement contenue. Je me dis que si Malo était capable de ressentir les mêmes choses qu’un être humain normalement constitué, il l’entendrait sûrement. Mais je n’ai pas trop d’espoir de ce côté là. Il n’a jamais rien compris aux émotions. C’est un concept bien trop complexe et superficiel pour un cerveau étriqué comme le sien.

« Je veux savoir ce que tu as fait à Kara Esfir. »
Revenir en haut Aller en bas
Ghost
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Ϟ Ghost Ϟ
Elle n'a peut-être pas de coeur, elle tient à son école autant que vous à la vôtre.
Mes hiboux : 80

MessageSujet: Re: In Memoriam [Philipp ⚡️ Malo] Dim 23 Déc - 19:46

Etait-ce les mots qu'il venait de dire ou la mine qu'il affichait qui fit naître en Philipp ce soudain accès de rage ? Aucune idée. Mais Malo ne chercha pas à se défendre quand la main de son fils lui attrapa le col. Le contact avec le mur fut brutal pour ses faibles os.
Aujourd'hui, ce ne serait pas un bon jour pour la discussion. Philipp était-il seulement venu pour discuter ou juste pour s'amuser à le torturer ? Bonne question. Si c'était la deuxième solution, alors c'est que ses deux derniers enfants en vie avaient quelque chose en commun : ils aimaient torturer leur père. Cette pensée fit naître un sourire sur le visage du Retrac. Les yeux de Philipp sont remplis de choses. De bonnes comme de mauvaises. Mais surtout de mauvaises pensées à son égard. Ça se lit clairement dans la lueur qui anime ses yeux.

Philipp : (...)

La main autour de sa gorge se resserre doucement. Sa respiration se fait dure. Mais Malo ne bronche pas d'un signe. Il ne montre aucun signe de faiblesse. La seule faiblesse que son corps laisse entrevoir à son fils, c'est ce sang qui s'échappe doucement de la blessure que le poing a provoqué. Oui, la vieillesse est un gros problème.

Philipp : (...) (...)

Le sourire mauvais qui ne quittait jamais son visage s'étira doucement, laissant apercevoir ses dents, jaunies légèrement par le temps. Malo toussota légèrement, tentant de reprendre son souffle.
Kara Esfir.

Moi ? Mais je n'ai rien fais voyons. Est-ce qu'au moins tu as demandé à ta soeur ? Je suis certain que c'est elle qui a fait quelque chose à cette Kora.

Il avait fait exprès de changer une lettre du nom. Comme pour faire croire à Philipp qu'il ne la connaissait pas. Mais... bien sur qu'il la connaissait. Il se souvenait même du dernier mot qu'elle avait murmuré avant de rendre son dernier souffle. C'était amusant d'y repenser.
Kara Esfir. Seela Gree. Draka Karmon. Trois personnes qu'il avait lui même tué. Voir parfois plus que tué. Pour endurcir ses enfants. Pour faire naître de la haine. La seule émotion capable de faire d'eux des monstres qui ne jurent que par le pouvoir. L'amour n'a pas sa place dans la tête d'un Roi.
Revenir en haut Aller en bas
Philipp von Roppelt
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Avec le temps et l’expérience, seule la volonté suffit à créer ce lien.
Mes hiboux : 609
Masculin Mon âge IRL : 22

MessageSujet: Re: In Memoriam [Philipp ⚡️ Malo] Lun 31 Déc - 14:59


Il a écorché son nom.

Si je ne connaissais pas la vérité je penserais sans doute qu’il ne l’a pas fait exprès, simplement parce qu’il n’a jamais daigné accorder son respect ou son attention aux gens qui l’entourent.
Sauf que je connais la vérité. Et la seule explication que je peux trouver à cette réplique surjouée, c’est qu’il se paie ma tête. Une fois de plus. Une fois de trop.

Sans réfléchir, je lui envoie mon poing dans la figure une deuxième fois. Et une troisième, si fort que je me demande si je ne lui ai pas décroché la mâchoire. Mais je veux effacer ce sourire moqueur de son visage. Je veux l’effacer à tout prix.
Sans attendre sa réaction, je l’attrape brutalement par les cheveux et lui relève la tête pour le forcer à me regarder dans les yeux. J’ai les phalanges couvertes de sang. De son sang. Une vision tellement satisfaisante.
Avec une douceur écoeurante, je m’approche de son oreille et lui murmure ma réponse comme si j’étais en train de lui révéler un secret bien gardé.


« C’est vraiment très courageux de te cacher derrière ma soeur... félicitations.
Tu es encore plus minable que dans mes souvenirs. »


Quand j'étais plus jeune j'avais peur de Malo. Peur de ses réactions impulsives si je faisait ou disait quelque chose de travers ou pire : si je le décevais… Mais avec le temps je me suis rendu compte que c'était une crainte infondée. Malo Retrac ne réagit à rien. Il n'a jamais réagi à rien. Ni à mes questions, ni à mes erreurs, ni à mes piques, ni aux insultes, et visiblement pas aux coups non plus.
Ca fait des années que je cherche sa limite, que je le teste, exactement comme un enfant testerai l’autorité de ses parents. Et j’attends toujours qu’il s’énerve, qu’il me réponde, qu’il fasse n’importe quoi, juste quelque chose. Je préférerais même qu’il me gifle plutôt que de le voir me sourire avec cet air stupide et arrogant. Ça montrerait au moins qu’il se rend compte de ma présence.


« Dis moi ce que tu lui a fait. »

Je siffle cet ordre entre mes dents, le visage tellement crispé que mes sourcils forment une ligne noire au dessus de mes yeux. Jamais je n’aurais été si près de savoir ce qui s’est passé. Jamais je n’aurais été si près de mettre un point final à cette quête qui aura duré presque dix ans. Dix ans que je ne cesse d’imaginer ce qu’à vécu Kara avant de … d’être assassinée. À me demander ce qu’elle a enduré, ce qu’elle a vu, ce qu’elle a entendu, si elle a eu le temps d’avoir peur ou de souffrir… Dix ans que je fais des cauchemars parce que je n’ai pas su l’aider, la protéger.
Et maintenant… alors que je peux enfin toucher la vérité du bout des doigts, je commence à prendre conscience du caractère vertigineux de la chose. J’ai peur de ce que je vais apprendre, mais j’ai besoin de l’entendre pour donner un sens à toute cette histoire. Et il faut que ça vienne de Malo.
Revenir en haut Aller en bas
Ghost
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Ϟ Ghost Ϟ
Elle n'a peut-être pas de coeur, elle tient à son école autant que vous à la vôtre.
Mes hiboux : 80

MessageSujet: Re: In Memoriam [Philipp ⚡️ Malo] Mer 9 Jan - 17:18

Les doigts de Philipp foncent de nouveau en direction de son visage. Pris aupiège, Malo n'a pas le choix que d'encaisser. De toute façon, a-t-il réellement envie de fuir ? Non. Recevoir des cuops de son propre fils, n'importe quel père ne le tolérerait pas. Dans n'importe quelle famille normalement constituée, le fils finirait par s'arrêter, s'excuser, et il se verrai envoyer dans la chambre par son père. Père qui le sanctionnerait de bien des choses, mais qui finalement finirait par pardonner à son propre fils.
Dans cette famille, les réactions sont différentes. Si le visage du Retrac peine à continuer d'exprimer des émotions, son être intérieur tout entier est en réjouissance. Philipp von Roppelt ose se salir les mains. Du sang de son paternel. Enfin.

Philipp : (...)

La prise sur son crâne ne lui fait pas peur. Il en faut beaucoup plus pour faire peur au grand Malo Retrac. Et dire qu'il lui suffirait d'étendre sa main, juste deux secondes, pour renverser la situation. Mais il n'en n'avait pas envie. Ses rares sorts puissants lancés sans baguette avaient faillit lui coûter ses deux mains. Et pourtant il rêvait de griller sur place son fils. Tout comme il rêvait de faire griller le monde entier pour tout dire. Voir le monde s'éteindre dans les flammes de l'enfer.

Philipp : (...)

Ce que je lui ai fait est... 100 fois mieux que ce que tu peux me faire subir actuellement. Mais commençons par quelqu'un d'autre. Seela Gree. Tu sais, il n'y a pas que ta soeur qui excelle en Potion. Particulièrement en Polynectar. Il m'a été très simple de me faufiler dans les rangs de ce pauvre Jack Lee et de tirer ce pieux en bois dans le coeur de ce charmant vampire. Elle n'a pas souffert et c'est bien dommage.

Le regard de Malo devient plus noir et un sourire satisfaisant vient de nouveau prendre place sur ses lèvres. Une mort qui avait été très rapide à son goût. Mais une première mort qui avait permis à son fils de se hisser en haut de Durmstrang. Le poste de Directeur, c'est un poste qui met énormément de capacités en jeu. Il faut avoir les bonnes épaules pour tenir une école. Tout comme elles doivent être robustes pour pouvoir soutenir une armée.

Ensuite, ta Kara n'était qu'un autre dommage collatérale pour t'endurcir. J'aurais peut-être dû la tuer sous tes yeux, mais l'enquête que tu as mené t'as permis d'aller chercher cette bête noire en toi. En tout cas rassures-toi, elle n'a pas trop souffert. Ce qui fut d'ailleurs le plus amusant, ce n'est pas que je l'ai torturé. C'est que c'est toi qui l'ait fait. Imagines cette pauvre Kara se voir torturer par l'homme qu'elle croyait aimer ? Elle était faible. Tu ne méritais pas de l'avoir à tes côtés. C'est aussi pourquoi j'ai démembré Draka Karmon. Il fallait que tu détestes ta soeur, et qu'elle te déteste en retour. C'était ça le plan. Je tiens d'ailleurs à te faire remarquer que tes Pozhiratelis n'auraient pas prit le pouvoir si ta chère soeur avait été en capacité de défaire tes plans. Tu peux me remercier, de m'être fait capturer. Tu sais qu'aux côtés de Derek Stark c'était des mangemorts qui était présents ? Tu n'as finalement fait que profiter de mon emprisonnement. Tu pourrais me remercier fiston, plutôt que de me cogner. Mais il faut bien trouver un coupable à ce que tu ne maîtrises pas n'est-ce pas ?

Malo éclata de rire. Que Philipp s'amuse à le cogner encore, ça ne le dérangeait pas. Dans quelques minutes, il ne serait plus dans cette pièce. Sa baguette serait bientôt en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Ϟ
Ϟ Contenu sponsorisé Ϟ

MessageSujet: Re: In Memoriam [Philipp ⚡️ Malo]

Revenir en haut Aller en bas
In Memoriam [Philipp ⚡️ Malo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le culte de saint Malo à Agnetz (Oise)
» In memoriam décès de M. Ben WEIDER
» Saint-Malo
» 2010: le 10/08 à 23H - phénomène lumineux - saint malo (35)
» In memoriam (EDIT du 10/10: texte cité par N.Polony dans le Figaro)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durmstrang & Magie :: Frontières bulgares :: Sofia :: Esplanade :: Repère Mangemort-
Sauter vers: