Durmstrang & Magie
Bonjour et Bienvenue à Durmstrang jeune sorcier!

Si tu n'as pas encore mit un pied dans notre univers magique, il est obligatoire d'aller s'inscrire dans notre Monde. Ici, ce n'est qu'une école!

Si tu es déjà inscrit et que tu as choisis d'étudier à Durmstrang, qu'attends-tu pour aller en cours?

Tu veux en savoir un peu plus? Alors saches que Beauxbatons accueille principalement des garçons, mais si tu es une fille il reste encore de la place Wink
Vous serez réparti dans l'une des trois maisons (Pozhar, Voda, Zemlya) et vous devrez tout faire pour la faire gagner! Cette maison sera donc votre seconde famille, et ce pendant 8 ans!
Sans compter que vous avez 6 matières obligatoires (Bienséance & Gestion du domaine, Magie Fondamentale, Potions & Ingrédients, Arts Occultes, Monde Magique & Civilisation, Vol), à partir de votre 3ème année vous devrez choisir une Option (Magie Approfondie, Métamorphoses, Êtres Inférieurs) et à partir de votre 7ème année encore une autre option (Occlumancie & Légimancie, Géopolitique Magique). Sans compter que des garçons se doivent d'être musclés, et des cours de sports sont donc proposés (Aviron, Escalade, Randonnée sportive, Quidditch, Tir à l'arc, ...). Mais des initiations sont aussi proposée (Initiation aux Soins Magiques, Transplanage) pour faire de vous le meilleur sorcier à votre sortie de l'école!
Un programme bien chargé n'est-ce pas? Alors ne perds pas ton temps et dépêches toi de rejoindre Durmstrang! A moins que Beauxbatons ou Poudlard ne te tente?



 

Partagez|

From nothing to legilimens [Philipp & Kate]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Ϟ Kate Blue Ϟ
Je m'engage à vous apprendre ce que je sais.
Mes hiboux : 409
Féminin Mon âge IRL : 21

MessageSujet: From nothing to legilimens [Philipp & Kate] Sam 5 Mai - 16:29




Kate & Philipp

From nothing to legilimens


Cela faisait deux jours que Noël était passé, une demi-douzaine que Kate était revenue à Durmstrang. Pour la première fois de sa vie, elle passait les fêtes sans son père, loin de lui, le laissant probablement seul dans son appartement. Si une pression dans sa poitrine lui rappelait constamment sa culpabilité, elle se consolait en se disant qu'elle faisait ça pour lui, qu'après ce séjour à l'Institut, elle pourrait mieux le protéger de la guerre qui arrivait à grands pas et qu'elle savait inéluctable.

Grâce à ce que lui avait dit Philipp plus d'un an auparavant, elle avait pu se préparer, elle savait ce qui arrivait mais n'imaginait pas les conséquences que ses actes allaient avoir. Elle savait juste que lui et ses Pozhiratelis prévoyaient de kidnapper le Secrétaire Lee afin d'ôter la protection qu'il avait sur Tiphaine. Elle ne savait pas ce qu'il comptait faire après et s'attendait au pire. Allait-il tuer Retrac ? Même si Kate connaissait cette femme et savait pertinemment le mal qu'elle avait causé autour d'elle, elle avait découvert une toute autre femme depuis les cours à Agmurdoad, plus apaisée, plus bienveillante. Elle n'avait pas eu l'air d'être cette sanguinaire Sirène qu'elle avait connu jusque là. Bien entendu, Kate se méfiait toujours, ne sachant pas si c'était une tactique de la directrice pour que ses ennemis se méfient moins ou si c'était sa nouvelle personnalité mais... elle ne s'était pas sentie en danger une seule fois, même quand elles étaient seules.

Il y avait deux raisons pour lesquelles Kate avait choisit de ne pas se rendre chez son père pour les fêtes, aussi importantes l'une que l'autre. La première était que le château lui manquait, qu'elle avait le mal du pays en France, où elle avait pourtant passé toute son enfance. Les étudiants restés à l'Institut lui manquaient, sa chambre lui manquait et elle voulait s'assurer que les professeurs Pozhiratelis n'avaient pas semé le chaos dans ce qu'elle considérait comme sa maison. Certes, elle faisait confiance à Philipp, sachant qu'il avait au moins un point commun avec sa sœur : il aimait son école plus que tout. Elle pensait aussi que Ralica ne ferait rien de mal aux étudiants, ayant appris à la connaître un peu au fil des ans. Mais Andreï... il semblait plus calculateur, moins sentimental. Elle ne lui faisait pas confiance et avait l'intime conviction que Philipp ne devrait pas le faire non plus.

La seconde raison expliquait pourquoi elle sortait de son bureau une heure après le repas du soir et se dirigeait vers les appartements de Philipp : elle allait enfin avoir sa dernière leçon de légilimancie. Pendant toute l'année précédente, ils s'étaient vus de façon régulière dans le cadre de cours privés et totalement confidentiels durant lesquelles Kate affinait sa technique et sa délicatesse pour entrer dans l'esprit des autres. Ca avait été difficile, plus moralement que physiquement, ça avait été délicat et parfois indiscret, mais elle n'avait jamais baissé les bras, sachant que ça lui serait utile un jour ou l'autre. Elle ne savait pas pourquoi Philipp lui avait proposé de lui inculquer ce don, elle ne le lui avait jamais demandé, et elle s'en fichait un peu. Tout ce qui lui importait était d'apprivoiser cette arme, de pouvoir déceler les intentions cachées des autres afin de protéger ses proches et ses étudiants.

Ce soir, elle allait enfin avoir sa dernière leçon après plusieurs mois sans rendez-vous mais pas sans entraînements. Si elle avait répugné à le faire, elle avait lu les pensées de son nouveau frère, avait ainsi découvert qu'il avait pour elle une admiration insensée, qu'il voulait devenir comme elle. Si seulement il savait... Secouant la tête, elle chassa ces pensées de son esprit et reprit son chemin vers la porte menant aux appartements de Philipp. Si la première fois elle s'était sentie mal à l'aise à l'idée d'entrer ainsi dans son espace privé, elle s'y était habituée avec le temps mais, s'il lui avait demandé d'entrer sans frapper, elle n'avait pas réussi à s'y soustraire. Alors elle leva une main et frappa trois coups contre le battant.


CODE BY TIC TAC

♣ ------ ♣ ------ ♣



FEEL THE TENSION
• lilie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Avec le temps et l’expérience, seule la volonté suffit à créer ce lien.
Mes hiboux : 604
Masculin Mon âge IRL : 22

MessageSujet: Re: From nothing to legilimens [Philipp & Kate] Mar 8 Mai - 19:47

C'est devenu une habitude.
Assis devant ma pensine, je me dis que je ne l’aurais jamais autant utilisée que depuis que j’enseigne la légilimancie à Kate.
Je sais bien que je n'en ai pas besoin, que je peux lui interdire l'accès à mon esprit quand je veux....mais ça me rassure. Il y a des choses dans ma tête qui ne doivent être vues par personne d'autre que moi. Des secrets que je ne peux pas me permettre de révéler par accident.

Alors j’abandonne mes souvenirs un par un au fond de la vasque de pierre. Méthodiquement. Sans réfléchir. Rien de ce qui a eu lieu en Bulgarie après l’année 2116 n’y échappe….Si bien que la chose la plus compromettante sur laquelle pourrait tomber ma collègue concerne le cours de sport que j’ai séché à douze ans.

Vider mon esprit est fastidieux et dure une bonne demi heure avant que je ne sois satisfait du résultat. Et quand je relève enfin la tête, je constate qu’il a commencé à neiger dehors. Des petits flocons blancs viennent silencieusement se poser sur les rebords de mes fenêtres, les recouvrant d’une fine pellicule givrée.

J'ai du mal à réaliser qu'on est déjà en décembre. Tout s'est enchaîné si vite... Même l'arbre de noël à quelques mètres de moi me semble complètement déplacé. J'ai à peine eu le temps de revoir ma famille pour les fêtes, et c'est sûrement ce qui me pèse le plus... Alors je me dis que c'est un mal pour un bien, et que j'aurais tout le temps du monde pour profiter d'eux quand tout ça sera fini... Mais avec les années, j'ai l'impression que les mille huit-cent kilomètres qui nous séparent deviennent de plus en plus pesants...
Et plus j'ai peur de les perdre, même si je sais que cette pensée est complètement irrationnelle...

Trois petits coups toqués contre ma porte me sortent de ma torpeur. Katherin.

Machinalement, je me lève et me dirige vers l'entrée de mes appartements, allumant au passage quelques chandelles supplémentaires. Avec douceur, j'actionne la poignée et ouvre largement la porte. Je souris à ma collègue et m'écarte pour la laisser passer.

« Bonsoir Kate. »

Je referme soigneusement la porte derrière elle et lui emboite le pas jusqu'à la pièce principale.
Depuis la première fois où elle est venue ici, ma collègue m'a beaucoup surpris. Ses progrès en légilimancie on été fulgurants, dépassant même mes espérances. C'est pourquoi ce soir....j'ai prévu quelque chose d'un peu plus complexe. Mais de redoutablement utile.

« J'espère que vous avez passé un bon réveillon... »

Je laisse mon adjointe s'installer et me dirige vers la cheminée qui trône au milieu de la pièce. J'aurais du arriver plus tôt pour avoir le temps de chauffer mes appartements après ma longue absence....mais j'ai tellement repoussé l'heure du départ que la température du salon à toutes les peines du monde pour revenir à la normale.
J'attrape une grosse bûche et la jette dans les flammes, m'écartant de justesse pour éviter le retour d'étincelles.

« Je suis désolé s'il fait encore un peu froid, ça devrait aller mieux d'ici quelques minutes. Mais en attendant je peux peut-être vous offrir une boisson chaude ? Que diriez vous d'un chocolat ? »

Je prends place à mon tour, juste en face d'elle. Comme d'habitude, la table basse juste à nos pieds disparaît sous une pile de livres. J'ai à peine eu le temps d'entamer ceux que j'ai reçu à mon anniversaire... Je les dépose par terre et fait apparaître deux tasses finement ouvragées ainsi qu’un sucrier assorti. Après une courte hésitation, je fais également apparaître un plat en argent rempli de petits gâteaux de noël. C'est ma mère qui les a fait, et ce serait vraiment dommage de garder ses talents pour moi tout seul

« C'est la dernière fois que nous nous voyons avant que vous ne repartiez pour Agmurdoad....alors j'aimerais aborder un sujet un peu différent ce soir. Maintenant que vous maîtrisez les bases de la légilimancie j'aimerais que nous nous concentrions à détecter des mensonges. Est ce que ça vous convient ?



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Ϟ Kate Blue Ϟ
Je m'engage à vous apprendre ce que je sais.
Mes hiboux : 409
Féminin Mon âge IRL : 21

MessageSujet: Re: From nothing to legilimens [Philipp & Kate] Ven 11 Mai - 14:52




Kate & Philipp

From nothing to legilimens


Kate rendit son sourire à Philipp quand il lui ouvrit la porte après quelques secondes. Malgré la longue période pendant laquelle elle n'était pas venue, la pièce était inchangée sauf, peut-être, quelques nouveaux livres étalés un peu partout. Elle-même en avait reçu deux de la part de son père et s'en était offert trois de plus pour compléter sa collection. Il ne fallait pas lui en vouloir ; ses cours étaient beaucoup plus dispersés à Beauxbâtons qu'ils ne l'étaient normalement à Durmstrang et elle s'ennuyait la plupart du temps. Les livres l'occupaient et, au rythme où elle les achevait, il lui fallait du nouveau ravitaillement assez souvent.

"Bonsoir monsieur. J'ai passé un très bon réveillon, et vous-même ?

Inutile de lui dire qu'elle l'avait passé loin de sa famille, en compagnie des rares étudiants et personnels restés au château. Elle n'était pas venue pour se plaindre, encore moins à propos de ses propres choix ; rien ne l'avait forcée à venir en Bulgarie plutôt que rester quelques jours de plus en France, sinon son amour pour le château. Comme d'habitude, elle alla s'asseoir sur un siège près de la cheminée de laquelle une faible chaleur s'échappait. Malgré ça, la salle était encore fraîche mais ce n'était rien comparé à l'extérieur où la température frôlait les moins dix degrés. Philipp ajouta une bûche dans l'âtre et, s'excusant pour rien, lui proposa un chocolat chaud.

Bien que faisant partie de ces rares personnes n'aimant pas le chocolat, Kate accepta avec plaisir, en appréciant de temps en temps une tasse s'il n'était pas trop concentré et avec beaucoup de sucre. Elle ajouta donc trois morceaux à sa tasse et la mélangea longuement avant d'en prendre une gorgée prudente. Et puis, il faisait si froid qu'elle aurait même accepté du chocolat noir fondu sans une goutte de lait, donc... Non, quand même pas, finalement ; elle préférerait mourir de froid plutôt qu'avaler ça.

Kate reposa sa tasse avec délicatesse pendant que Philipp lui parlait du programme du jour qui consisterait à détecter des mensonges. Même si elle ne le reconnaîtrait jamais à haute voix, cette leçon lui serait plus que bénéfique, ayant remarqué au cours de sa vie à quel point elle pouvait être naïve. Elle voulait croire que les gens qu'elle appréciait étaient des bisounours qui ne racontaient que la vérité et n'avait eu de cesse de se faire trahir ou blesser par ces personnes. Tiphaine en était l'exemple parfait : Kate l'avait trouvée formidable quand elles s'étaient rencontrées pour la première fois et regardez qui elle était réellement ! Elle avait assassiné un de ses amis juste pour l'attirer dans un bar et la cuisiner à propos de Seela et Philipp.

"Je pense que c'est une excellente idée, ça pourrait s'avérer utile tôt ou tard.

Et plutôt tôt que tard... Avec ce que préparaient Philipp et ses Mangemorts, il était bon de savoir à qui on pouvait se fier ou non ; repérer les mensonges chez les gens pourrait l'aider à faire le tri parmi eux. Et elle pourrait également s'en servir avec Tiphaine, voir si elle avait réellement changé ou si ce n'était qu'une façade ou une passade. Oui, elle saurait faire bon usage de cette nouvelle face de la légilimancie qui promettait d'être moins invasive que le reste. A moins qu'elle ne doive également s'introduire dans la tête des autres pour ça ? Si ce détail avait été mentionné dans le carnet que Philipp lui avait confié près de deux ans plus tôt, elle l'avait oublié ou ne l'avait pas compris.

"Comment ça fonctionne ? Il faudra aussi que je lise dans l'esprit des gens pour ça ?

Bien que pénétrer l'esprit des gens était obligatoire pour devenir un bon légilimens, ce n'était clairement pas la partie préférée de Kate. Elle se sentait mal d'entrer ainsi dans la vie privée des gens, d'entendre et sentir ce qu'elle ne devrait pas et qu'elle-même aime à cacher aux autres. Elle détesterait qu'on lui fasse la même chose et, pourtant, elle apprenait à le faire. Elle se sentait... hypocrite, mais ne pouvait s'empêcher de continuer ces leçons, certaine qu'elle n'utiliserait cet art que pour protéger ses proches et sa famille. Jamais elle ne s'en servirait pour faire du mal ou découvrir des secrets compromettant ou, du moins, c'est ce qu'elle pensait à ce moment-là. Que ferait-elle le jour où ce serait l'unique solution pour protéger son père ou un autre proche ? La peur pouvait transformer n'importe qui alors pourquoi pas elle ? Chassant ces pensées inquiétantes de son esprit, elle reprit sa tasse qui avait déjà légèrement refroidit. Tant mieux, elle le préférait comme ça, sans risquer de se brûler la langue.


CODE BY TIC TAC

♣ ------ ♣ ------ ♣



FEEL THE TENSION
• lilie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Avec le temps et l’expérience, seule la volonté suffit à créer ce lien.
Mes hiboux : 604
Masculin Mon âge IRL : 22

MessageSujet: Re: From nothing to legilimens [Philipp & Kate] Lun 14 Mai - 15:45

Bonsoir monsieur...
Je tique sans savoir pourquoi.
Kate m'a dit ça des centaines de fois, ça n'a rien de surprenant ou d'original mais...je ne sais pas. Je ne peux pas m'empêcher de trouver ça bizarre...
Monsieur.
Bizarre et ridicule.
Mais comment est ce que je pourrais en vouloir à ma collègue ? Je sais très bien bien que c'est de ma faute, que c'est moi qui ait imposé ça entre nous.
Mais quand même...
Monsieur.
Même Maddison ne m'appelle pas comme ça, et pourtant elle en sait autant sur moi que moi j'en sais sur elle. C'est à dire quasiment rien.

J'esquisse un hochement de tête positif pour répondre à la question de ma collègue et mon sourire s'évapore lentement, laissant place à une expression étrange. Moins formelle. Moins préfabriquée. Presque gênée.

« Vous pouvez m'appeler Philipp. »

Ma voix à les mêmes intonations douces qu'en ce fameux dimanche d'octobre, quand Kate m'avait demandé de la rejoindre à la Chope Gourmande. Les effets de son sang de vampire avaient brutalement disparus, elle était bouleversée et je lui avais conseillé de réfléchir avant de prendre une décision qu'elle pourrait regretter. À ce moment là, j'étais bien loin d'imaginer qu'elle allait rester à Durmstrang pour y devenir mon adjointe...
C'était il y a si longtemps... Des années. Une éternité.
J’ouvre la bouche comme pour ajouter quelque chose, hésite une fraction de secondes et me ravise au dernier moment. Plus tard. Peut-être.
En attendant je me mords nerveusement les lèvres, embarrassé, et arrête aussitôt mon geste quand j'en prends conscience. Une vieille manie qui me trahit toujours quand je suis mal à l'aise.

Je ne regrette pas ce que je viens de dire, au contraire. Je suis juste surpris de tout le temps qu'il m'aura fallu pour accepter que ces mots si simples ne franchissent enfin mes lèvres. Et maintenant que c'est fait, je suis bien forcé de constater qu'après tout, ce n'était pas si compliqué.

Guettant la réaction de Kate du coin de l'oeil, je me cale confortablement au creux de mon fauteuil et me concentre sur sa question.
Une question un peu étrange si vous voulez mon avis. Lire dans l’esprit des gens, c’est plus ou moins le principe de la légilimancie, non ? Mais bizarrement, on dirait que ça la … perturbe. Voire que ça la dérange. Je hausse les sourcils, l’air interdit.

« Oui…
Mais ne vous en faites pas, déterminer si quelqu’un est en train de mentir est beaucoup moins compliqué qu’il n’y paraît. Il vous suffit de comparer ce que la personne vous dit à ce que vous voyez dans son esprit. Est ce que ses émotions son contraires à ses paroles ? Si oui, alors elle est très probablement en train de mentir. »


Voilà pourquoi j’ai tellement insisté pour que Katherin s’entraîne à reconnaître les émotions et les sentiments des gens qui l'entourent : parce qu’en légilimancie, c’est la base de presque tout. Ce qui se trouve dans la tête des gens n'a pas de prix, et pouvoir y accéder est un pouvoir incroyable. Presque une arme. Quand on sait ce qu'ils ressentent, ce qu'ils aiment, ce qui leur fait peur, alors on peut faire presque n'importe quoi...Les aider comme les manipuler. Et c’est bien ce qui rend cet art aussi fascinant.

« Par exemple : Quand vous me dites que vous avez passé un très bon réveillon, c’est une phrase qui en apparence exprime quelque chose de positif. Pourtant, je vois dans votre esprit comme une sorte de … culpabilité. Si bien que je peux en conclure que ce n’est peut-être pas vraiment toute la vérité... Vous comprenez le principe ? »

Discrètement, je sors une petite fiole de ma poche et en dévisse le capuchon. Avec application, je verse exactement trois gouttes de son contenu argenté dans mon chocolat encore frémissant et la refais aussitôt disparaître au fond de ma poche.
Avec un bruit cristallin, je plonge ma cuillère au fond de ma tasse et mélange lentement ma boisson. C’est inutile dans la mesure où je ne met jamais de sucre dans ce que je bois, mais au moins ça laisse le temps au chocolat de refroidir, et à ma collègue de choisir si elle veut répondre ou non.

« Je vous propose d’essayer. Commencez par me poser des questions simples auxquelles je ne peux répondre que par oui ou par non, et essayez de déterminer si je vous mens. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Ϟ Kate Blue Ϟ
Je m'engage à vous apprendre ce que je sais.
Mes hiboux : 409
Féminin Mon âge IRL : 21

MessageSujet: Re: From nothing to legilimens [Philipp & Kate] Mar 15 Mai - 15:45




Kate & Philipp

From nothing to legilimens


Appeler Philipp par son prénom... c'était un énorme bond en avant dans le chemin qui rétablirait leur relation d'avant sa fuite, c'était la preuve que Philipp lui avait totalement pardonné et qu'enfin il recommençait à lui faire confiance. Tout ce qu'espérait Kate. Et pourtant, elle trouvait ça bizarre, parce qu'elle s'était habituée à l'appeler monsieur ou à cause du ton adopté ou de l'attitude gênée du directeur. Ce n'était pas la première fois qu'ils se retrouvaient dans cette situation, eux deux dans la même pièce sans personne pour faire la conversation, et pourtant il semblait mal à l'aise, pourquoi ? A cause de ces quelques mois passés sans se voir ? Il aurait pu perdre l'habitude et être retombé dans son attitude distante avec elle. Mais alors, pourquoi lui demander de l'appeler Philipp ? Kate hocha la tête pour toute réponse, ne sachant pas quoi répondre à ça sans accentuer son comportement étrange.

La question qu'elle lui posa par rapport à la leçon du jour sembla étonner Philipp, et elle voyait très bien pourquoi : c'était une question débile. La légilimancie était l'art de lire les pensées, souvenirs et émotions des gens, il était donc logique qu'elle doive le faire tout le temps, pour n'importe quelle branche de la discipline. Elle avait juste espéré que ce serait plus simple, moins invasif, qu'elle aurait pu se contenter de deviner grâce à ses sens à présent affinés. Étonnamment, il ne fit pas de remarque sarcastique et se contenta de répondre à sa question avec simplicité. Elle devrait donc comparer les émotions avec les mots, voir si ça colle et donc si c'est un mensonge ou non. Simple en théorie.

Puis il lui donna un exemple : elle-même. Elle lui avait "menti" par rapport à son réveillon et, à l'évidence, il l'avait comprit. Réalisant qu'il venait de lire ses pensées, Kate ne sut trop comment réagir. Elle ne lui avait pas donné son autorisation et voulait donc être un peu fâchée mais, en même temps, elle était là pour ça, non ? Pas pour qu'il entre dans sa tête, bien sûr, mais pour qu'elle apprenne à le faire aussi bien que lui. Elle était également impressionnée, n'ayant absolument pas remarqué qu'il usait de légilimancie sur elle. Il était mille fois plus doué qu'elle, ce qui était logique et frustrant à la fois ; n'étant pas legilimens de naissance, elle ne serait probablement jamais aussi douée.

"Je comprends bien, oui.

Elle ne s'attarda pas sur le "mensonge" qu'elle lui avait dit. Oui elle se sentait coupable et il l'avait deviné, mais il ne lui avait rien demandé et elle n'était pas là pour étaler sa vie privée. De toute façon, s'il voulait savoir pourquoi elle n'avait pas passé un excellent réveillon, il n'avait qu'à lire ses pensées...

L'entraînement du jour consisterait donc en une série de questions posées à Philipp et Kate devrait déterminer si il ment ou non. A nouveau, c'était simple en théorie mais elle resta interdite quelques secondes. Quelles questions allait-elle bien pouvoir lui poser ? Elle avait le choix entre deux catégories : les privées et les banales. Elle ne pouvait décemment pas poser celles appartenant à la première, ça instaurerait une gêne immense dans la salle et elle n'en avait pas envie. D'autant que le mystérieux Philipp n'aurait peut-être pas envie lui non plus d'étaler sa vie privée. Elle ne pouvait pas non plus poser de questions dont elle connaissait la réponse, ça biaiserait son jugement et, au final, elle n'apprendrait rien du tout.

Réfléchissant, elle posa les yeux sur les gâteaux de Noël posés sur la table basse. Elle en prit un, le coupa en deux et, avant d'en prendre une bouchée, posa sa question.

"Est-ce vous qui les avez faits ?

Kate ne l'imaginait pas du tout en train de faire de la pâtisserie mais, après tout, elle ne le connaissait pas si bien et risquait d'apprendre quelques détails croustillants. Elle mit une moitié en bouche, découvrant un biscuit délicieux. Si c'était lui qui les avait faits, elle lui passerait probablement des commandes régulières.


CODE BY TIC TAC

♣ ------ ♣ ------ ♣



FEEL THE TENSION
• lilie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Avec le temps et l’expérience, seule la volonté suffit à créer ce lien.
Mes hiboux : 604
Masculin Mon âge IRL : 22

MessageSujet: Re: From nothing to legilimens [Philipp & Kate] Mar 15 Mai - 21:25

Mentir. Un jeu d’enfant !

Quand je pense que mes journées sont devenues de longs enchaînements d’hypocrisie et de cachotteries.... faire semblant est devenue une comédie à laquelle j'excelle. Et j'espère bien donner du fil à retordre à ma collègue.

Du coin de l'oeil, je l'observe se pencher vers la table pour attraper un petit gâteau de noël. Elle prend le temps de le casser en deux avant de m'adresser sa première question. Et je dois avouer que cette dernière est plutôt originale. Mais tant mieux pour moi ! J'aurais eu plus de mal à mentir à propos de quelque chose que je ne connaissais pas. Alors que là, ça va rendre les choses beaucoup plus crédibles. Parce que ces gâteaux...sont une très ancienne tradition familiale. Chaque dernier week-end de novembre, tout le monde se retrouvait derrière les fourneaux pour fabriquer ces petites merveilles. Je me rappelle de toutes ces heures passées à étaler la pâte et à observer les biscuits dorer au four, ainsi que de toutes ces odeurs d'épices qui enveloppaient la maison dans un merveilleux cocon sucré....un vrai délice. Les souvenirs sont d'ailleurs encore si vifs que je n’ai même pas besoin de me forcer pour mentir.

Sans réfléchir, j’improvise un petit sourire surpris, légèrement teinté de timidité et de fierté difficilement contenue. Très crédible. Un peu plus et je rougirais presque devant mes faux talents cachés de pâtissier.

« Oui… »

Je baisse les yeux vers l’assiette et promène rapidement mon regard sur la variété de gâteaux qui s’offre à moi. Triangles aux amandes, lunes à la vanille, étoiles à la cannelles...et même sablés à la confiture, mes préférés.
J'en pioche délicatement un du bout des doigts et le lève à la hauteur de mes yeux, l'air rêveur.

« C’est une spécialité de chez moi. »

Je ne sais même pas d’où nous viennent ces recettes. Ce qui est sûr, c'est qu'elles sont très vieilles. Il n'y a qu'à voir les feuilles jaunies par le temps et les aléas culinaires sur lesquelles elles sont inscrites avec application...la plupart sont presque devenues illisibles. Il y a quatre ans, ma mère a décidé de toutes les consigner dans un joli petit carnet en cuir pour ne pas perdre un tel trésor. Et il y avait du pain sur la planche. Ça lui a pris tout l'hiver et je l'ai aidée à la fin pour réaliser les illustrations.
Si bien que je connais la recette sur le bout des doigts.

« Ils sont très faciles à faire, mais le vrai secret, c'est la confiture. La cerise est trop amère et la fraise est trop sucrée. L'idéal, c'est d'utiliser de la myrtille et d'attendre que les biscuits soient bien froids pour qu'elle se solidifie à leur contact. »

Je sais bien que j'étais censé répondre seulement oui ou non...mais brouiller un peu les pistes ne peut pas faire de mal. J'étouffe un sourire amusé, vraiment curieux de savoir comment ma collègue va se débrouiller avec ça.

Je mords à pleines dents dans mon biscuit. Il est à la fois fondant et délicatement parfumé, exactement comme j'aime. Avec un doigt, j'enlève la fine pellicule de sucre qui s'est déposée sur mes lèvres et reporte subitement mon attention sur Kate, comme si je venais de me souvenir de quelque chose de très important.

« Ah, et ne pas oublier le sucre glace, bien entendu. »


~~~~~
Lancer de dés :
3, 5 : Ahah, je t’ai démasqué mon cher Philipp ! Tu mens bien sûr !
1, 2, 4 : J’ignorais que tu étais un pâtissier aussi talentueux, tes biscuits me font fondre de bonheur !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Ϟ Kate Blue Ϟ
Je m'engage à vous apprendre ce que je sais.
Mes hiboux : 409
Féminin Mon âge IRL : 21

MessageSujet: Re: From nothing to legilimens [Philipp & Kate] Mer 16 Mai - 9:13

HRP:
 




Kate & Philipp

From nothing to legilimens


Kate était en train de finir sa première moitié d'étoile quand Philipp réagit à sa question. Son expression faciale était facile à déchiffrer : la fierté qu'elle ait remarqué et la gêne de se voir ainsi mettre en avant à propos de biscuits. Très convaincante. Même son "oui" timide indiquait clairement que c'était lui qui les avait confectionnés de ses propres mains, mais elle ne devait pas s'arrêter à ça, sinon ce serait beaucoup trop facile. Elle se concentra pour tenter de percer ses émotions et venait de sentir une pointe de malice quand Philipp reprit la parole.

Quel tricheur ! Il devait répondre par oui ou non et voilà qu'il tentait de la déstabiliser avec des détails superflus. C'était bien joué, mais un peu surjoué ; il venait de se trahir. Quelqu'un qui disait la vérité ne se donnait pas tant de mal pour se crédibiliser en détails et anecdotes, alors que lui semblait vouloir prouver à tous prix que c'était effectivement lui qui avait fait ces gâteaux. Malheureusement pour lui, il se trouvait face à une adversaire de taille. Elle hocha la tête comme pour approuver ses paroles et écouta avec attention les secrets de ces biscuits.

Quand - enfin - il cessa de parler pour déguster son gâteau à la confiture, Kate parvint à effacer son sourire amusé et se concentra. Il était très convainquant et connaissait indubitablement la recette. Oui, il aurait très bien pu les faire lui-même, mais ce qu'elle voyait dans sa tête disait une toute autre vérité. Elle sentait de la nostalgie, comme si la dernière fois qu'il en avait faits remontait à très longtemps ; de l'amusement, probablement parce qu'il trichait à son propre jeu ; et l'impatience qu'il ressentait à connaître son verdict. Elle l'imaginait plus jeune, de la farine sur le nez et de la pâte plein les doigts, avec une femme derrière lui pour le recadrer. Prise au jeu, elle acquiesça à nouveau avant de prendre la parole.

"Vous mentez. Vous savez les cuisiner, c'est évident, mais ce n'est pas vous qui avez faits ceux-ci. Quelqu'un de proche, probablement, la personne qui vous a apprit la pâtisserie... Votre mère, peut-être ?

Un sourire fier sur le visage, elle attendit le verdict de Philipp. Elle était sûre d'avoir percé son mensonge à jour, un peu moins à propos de sa mère. Mais bon, le but du jeu n'était pas non plus de remonter dans sa mémoire alors cette petite erreur ne serait pas dramatique. Elle acheva son biscuit à la cannelle avant de reprendre la parole, un doigt pointé vers l'assiette encore pleine et un sérieux mortel peint sur son visage.

"Et qu'on se comprenne bien... Rien n'est jamais trop sucré, surtout pas les fraises.

Le sucre était, après Durmstrang et ses proches, la raison de vivre de Kate. Si elle n'avait pas sa dose tous les jours, elle se transformait en véritable harpie prête à dévorer quiconque se mettrait entre elle et sa drogue. Mais ce n'était pas le sujet ! Elle devait à présent trouver une nouvelle question à poser à Philipp. Parler de sa mère lui a fait penser à un détail qu'elle ne connaissait pas sur lui et ses soeurs : avaient-ils la même mère ? Elle savait que Tiphaine et Jade étaient également les filles de Malo, mais elle n'avait jamais su s'ils partageaient également la même mère ou non. La question lui brûla les lèvres, mais elle se retint de la poser, ça ne la regardait pas. Elle se tourna vers un autre sujet tout aussi intéressant.

"Quand avez-vous su que vous seriez professeur ?

Ouais, bon. Ce n'était pas une question à laquelle il pouvait répondre par oui ou non mais, visiblement il ne semblait pas d'humeur à se passer de détails. Et puis, il pouvait très bien répondre simplement, comme "le 15 janvier 2107" si ça lui chantait...


CODE BY TIC TAC

♣ ------ ♣ ------ ♣



FEEL THE TENSION
• lilie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Avec le temps et l’expérience, seule la volonté suffit à créer ce lien.
Mes hiboux : 604
Masculin Mon âge IRL : 22

MessageSujet: Re: From nothing to legilimens [Philipp & Kate] Mer 16 Mai - 20:49

HRP:
 

Ok. J’admets que moi en train de disserter avec passion à propos de biscuits n’était pas la chose la plus crédible que je pouvais offrir à ma collègue... Et déceler mon mensonge ne semble pas lui avoir posé de problèmes. Mais ce qui m'étonne, c'est son affirmation concernant ma mère... Bluff, hasard ou vraie interprétation ? Quoi qu'il en soit, je ne peux pas m’empêcher de froncer les sourcils, incapable de décider si je suis davantage surpris, impressionné ou méfiant.

« En effet. Bravo.»

La fierté qui illumine le visage de ma collègue m’arrache un sourire amusé, que sa réplique incongrue termine de transformer en rire involontaire. Alors comme ça, rien n'est trop sucré pour Kate Blue ? Je ne suis pas du tout d'accord avec elle, parce que je trouve que le sucre à la mauvaise habitude de voler toutes leurs saveurs aux aliments qu'il accompagne. Mais vu la mimique exagérément sérieuse de mon adjointe, je me contente de graver l'information dans un coin de mon cerveau et ne relève pas.

[...]

La deuxième question de Katherin ne se fait pas tarder et me prend de court. Pensif, je m'adosse dans mon fauteuil et finis d'avaler mon biscuit, les yeux dans le vague.
J’ai fini mes études en juin 2118. J’ai travaillé deux ans et demi au Ministère bulgare avant de retourner à Durmstrang en tant qu’enseignant et adjoint de Seela.

Et honnêtement, je ne sais plus trop comment ça s’est fait.

Avec un léger soupir, je me replonge dans ces souvenirs qui sont devenus flous, exactement comme ceux auxquels on n'accorde pas de grande importance sur le moment...
À l'époque, je venais tout juste d’obtenir brillamment mon diplôme et pourtant, je n’avais encore aucune idée de ce que j’allais faire de ma vie. Si j’avais écouté mon coeur, j’aurais entamé un tour du monde pour étancher ma soif de savoir et faire ce que j’avais toujours voulu faire : écrire. J’étais alors passionné par toutes les formes les plus anciennes et les plus oubliées de la magie, et brûlait d'envie de partager mes connaissances avec la terre entière.

Mais bien sûr, je m'étais bien gardé de révéler ce projet à qui que ce soit. Je n’ai jamais osé en parler, surtout à Durmstrang où les professeurs rivalisaient d’imagination pour me peindre des carrières toujours plus grandes et brillantes. Je m'en moquais éperdument, jusqu'à ce que le destin ne s’en mêle et que je commence à considérer les choses sous un autre angle... J’ai donc fini par me plier aux attentes des adultes et par emprunter le chemin qu'ils avaient déjà tracé pour moi. ..

Lazarov s'est débrouillé pour me faire entrer au Ministère. C'était intéressant, mais loin d'être passionnant. La politique ne m'intéressait pas. Rester assis derrière un bureau non plus. Deux ans plus tard, en juin 2122, on m’offrait le poste d’adjoint de Durmstrang. Je déclinais aussitôt l’offre, n’aillant aucune envie de retourner au château. Mais Lazarov insistait et Ivankov commençait à s’en mêler, convaincus tous les deux que c’était une occasion en or d’accéder à un poste digne de mon talent et de mon ambition. Si bien que j’ai finalement accepté quelques semaines avant la rentrée officielle, plus pour avoir la paix que par réelle conviction.

Mais avec le recul, je dois admettre qu'enseigner me plait plutôt bien. Et je me surprends parfois à penser que dans un autre contexte, j’aurais même pu être heureux.

Peut-être.

Avec habilité, j'efface toute expression de mon visage et retrouve aussitôt mon flegme habituel. Ma réponse est déjà toute prête sur le bout de ma langue, et je suis assez curieux de savoir comment ma collègue va s'en sortir cette fois-ci.

« On m'a offert le poste en janvier 2122. Je l'ai accepté tout de suite.»



~~~~~
Lancer de dés :
3, 5 : Menteur !
1, 2, 4 : Je te crois sur parole !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Ϟ Kate Blue Ϟ
Je m'engage à vous apprendre ce que je sais.
Mes hiboux : 409
Féminin Mon âge IRL : 21

MessageSujet: Re: From nothing to legilimens [Philipp & Kate] Jeu 17 Mai - 9:49




Kate & Philipp

From nothing to legilimens


Un immense sourire étira les lèvres de Kate quand Philipp lui annonça qu'elle avait vu juste. Pour une première tentative, elle s'en était tirée plutôt bien, à moins que ce ne fut le directeur qui s'était trahi lui-même. Elle avait déjà l'impression qu'il mentait à cause de tous les détails qu'il lui avait donnés, peut-être était-ce également ça qui l'avait influencée ? Bref, ce n'était pas important. Ce qui comptait était qu'elle réitère l'exploit avec sa seconde question.

Cette fois, Philipp mit un moment avant de répondre, cherchant les souvenirs dans sa mémoire ou imaginant quel mensonge il allait lui servir. Vu que tenter de lire ses émotions tant qu'il ne disait rien était inutile, elle se replongea elle-aussi dans cette période sombre dont la lumière fut une vampire avide de vengeance et pourtant si douce, maternelle et gentille. Kate avait passé six ans en Bulgarie, un pays qu'elle n'avait pourtant jamais désiré visiter avant la fin de ses études, elle avait accumulé les emplois nuls et déprimants et s'était acheté l'appartement dans lequel elle vivait toujours. Un peu avant l'année 2122, elle avait entendu une rumeur courir dans le monde sorcier : quelqu'un voulait rénover Durmstrang et avait besoin d'aide.

Les travaux manuels n'avaient jamais été le point fort de Kate et elle détestait la poussière, mais elle se renseigna sans trop savoir pourquoi. Elle avait senti que quelqu'un chose de bien lui arriverait si elle allait dans cette école à la mauvaise réputation. Il lui avait fallut des semaines pour enfin trouver l'adresse de Seela Gree et le jour où elle avait frappé à sa porte avait marqué le début d'une nouvelle aventure. Durant des mois, elle avaient travaillé avec toute une équipe pour restaurer le château, lui redonner de l'allure et de la vie, s'assurer que les Stranen n'étaient plus un danger.

Puis, en septembre 2122, Durmstrang était rouvert et, alors que Kate pensait retourner chez elle une fois les travaux finis, Seela lui avait offert un job : devenir professeur à l'Institut. Pour elle qui avait fini ses études avec des notes à peine passable et qui avait vécu en grande partie chez les moldus pendant les six années suivantes, ce fut un choc. Elle ne croyait pas en être capable, en avoir les capacités. Elle avait d'abord accepté une période d'essai et, finalement, le job en entier. Un an plus tard, elle pensait que ça avait été la pire décision de sa vie, à présent elle savait que c'était sa fuite à la mort de Seela qui l'avait été.

Plongée dans ses propres souvenirs, Kate faillit ne pas entendre la réponse de Philipp et se concentra juste à temps pour comparer ses émotions à ses mots. On lui avait proposé le job en 2122, un peu avant que le château ne réouvre. Kate s'en rappelait bien : elle avait fêté le nouvel an avec Seela et les autres personnes ayant aidé à la restauration. Ce ne fut que quelques jours plus tard que la vampire avait choisit son adjoint. Ce dont elle ne se rappelait pas, en revanche, c'était s'il avait accepté le poste directement ou si, comme elle, il avait hésité un moment.

Cette fois, la réponse était courte, nette et précise. Pas de fioritures, pas de détails inutiles. Philipp devait avoir compris que son étalage de recette n'avait pas été en sa faveur et rectifiait à présent le tir. Tant mieux : elle allait enfin tester ses véritables compétences sans être influencée par son attitude extérieure. Ce fut plus compliqué, bien entendu, d'autant qu'il semblait s'efforcer de garder son esprit vide, neutre et dénué d'émotions. Il n'y avait pas la malice ni l'amusement qu'elle avait ressenti plus tôt, ce qui la dirigea vers sa réponse.

"Je pense que vous dites la vérité.

Elle était moins sûre d'elle cette fois, aussi son visage resta plus neutre, interrogatif. Avait-elle réussi ou non, elle ne saurait le dire avec certitude, même si elle n'avait perçu aucun signe de mensonge.

Puis vint le moment de poser une troisième question, à laquelle Kate réfléchit quelques secondes. Elle n'était réellement pas douée pour les questions qui n'étaient pas spontanées ni dirigées par une conversation normale. Elle ne savait jamais si la question qui lui venait à l'esprit serait bien reçue, si elle serait intéressante, trop personnelle ou trop banale. Elle baissa les yeux et, cette fois, les posa sur les livres que Philipp avait posés au sol à son arrivée. Les couvertures colorées ou sombres étaient en parfait état, la tranche n'affichait pas les plis disgracieux d'un ouvrage tenu ouvert trop longtemps. Et elle ne les avait encore jamais vu ici même si, bien entendu, il y en avait tant qu'elle ne pouvait décemment pas tous les connaître - il en avait encore plus qu'elle, ce qui était un exploit.

"Ce sont des nouveaux livres ?


CODE BY TIC TAC

♣ ------ ♣ ------ ♣



FEEL THE TENSION
• lilie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Avec le temps et l’expérience, seule la volonté suffit à créer ce lien.
Mes hiboux : 604
Masculin Mon âge IRL : 22

MessageSujet: Re: From nothing to legilimens [Philipp & Kate] Ven 18 Mai - 14:24

Le sourire de ma collègue disparaît lorsqu’elle laisse tomber son verdict. Il est faux, et ça ne m’étonne qu’à moitié. Kate n’était pas concentrée. Elle s’est laissée emporter par ses propres pensées et en a oublié de se focaliser sur les miennes. Grossière erreur de débutante. Après plus d’un an d’entraînement, c’est le genre de choses qui ne doivent plus arriver. Faire le vide dans sa tête était pourtant la première chose que je lui avait apprise. C’est tellement élémentaire.

Je secoue négativement la tête pour lui signifie que sa réponse est fausse.

« En général, les pensées et les émotions qui nous traversent l’esprit avant de prendre la parole ont plus d’importance que celles qui surviennent pendant qu’on parle. Après tout, c’est avant d’ouvrir la bouche qu’on élabore son mensonge. Re-concentrez-vous, vous êtes capable de faire beaucoup mieux.»

En même temps, Katherin ne s’est pas facilité la tâche avec cette question. Parfois les émotions ne suffisent pas à tracer une frontière nette entre mensonge et vérité. Soit parce que la question n’entraîne aucun sentiment particulier, soit parce que la personne est assez habile pour simuler d’autres émotions qui viennent parasiter celles qu'elle ressent réellement.
Il faut alors s’enfoncer plus loin dans l’esprit de son interlocuteur, dépasser le flux des émotions pour saisir au vol les pensées. Et si cela ne suffit toujours pas, alors il faut s’aventurer dans le labyrinthe des souvenirs, ce qui requiert une très grande capacité de concentration et une immense sensibilité. Tout ce qui touche à la mémoire est fragile, et il ne s’agirait surtout pas d’abimer quoi que ce soit. Mais de toute façon, mon adjointe n’a pas encore le niveau pour s’aventurer dans ce genre de choses. Je lui montrerai peut-être un jour, si elle en a l’envie.

J’attrape ma tasse toujours posée devant moi et avale une longue gorgée de chocolat. En attendant que Katherin ne me fasse connaître sa question suivante, je laisse la douce chaleur de ma boisson se diffuser dans mes mains.

[...]

Pensif, je jette un rapide coup d’oeil aux livres posés à mes pieds. Même si je prends toujours soin de mes livres, ça se voit qu’ils n’ont encore quasiment jamais été ouverts. Les couvertures sont encore lisses et brillantes et dégagent cette odeur de papier neuf tellement caractéristique.
Je hausse les épaules. Difficile de mentir cette fois, la réponse coule de source.

« Oui.»

J’attrape le premier ouvrage de la pile et le feuillette rapidement. On est très loin des grimoires épais et anciens que la plupart des gens s’attendent à voir chez moi. Celui-ci m’a été offert par mon beau-père pour noël, c’est une édition originale du Château des Carpathes de Jules Verne. J’ignore où il a déniché cette merveille, mais elle est magnifique, surtout les gravures à l’intérieur. Et j’ai vraiment hâte de commencer à la lire...

À contrecoeur, je repose le livre à sa place initiale et reporte mon attention sur ma collègue. Elle ne semble pas très à l’aise dans ce petit jeu de questions-réponses, et je ne peux pas lui en vouloir. Notre relation a été tellement … distante, pour ne pas dire inexistante ces dernières années, que ça ne doit pas être évident pour elle. Changement de tactique. Si les questions se font sous forme d’une discussion, ce sera peut-être plus facile pour elle. Et cela ressemblera davantage à un cas réel, ce qui ne peut être que bénéfique.


« J’ai cru comprendre que vous aimiez lire vous aussi…. Qu’est ce que vous préférez ? »



~~~~~
Lancer de dés :
1, 4 : C'est pas beau de mentir !
2, 3, 5 : C'est bon, tu dis la verité !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Ϟ Kate Blue Ϟ
Je m'engage à vous apprendre ce que je sais.
Mes hiboux : 409
Féminin Mon âge IRL : 21

MessageSujet: Re: From nothing to legilimens [Philipp & Kate] Ven 18 Mai - 19:39




Kate & Philipp

From nothing to legilimens


Avant même que Philipp n'affirme qu'elle s'était trompée, Kate lu sur son visage qu'elle avait donné la mauvaise réponse. C'était totalement de sa faute, elle le savait. Elle s'était laissée emporter dans ses propres souvenirs et avait laissé flancher sa concentration au pire moment possible : juste avant qu'il ne donne sa réponse. Il lui confirma que les émotions les plus intéressantes, celles que recherchent les legilimens, sont celles ressenties pendant que la personne élabore son mensonge, quand il décide quels mots employer. C'était logique et elle le savait, elle avait juste été distraite, une erreur de débutant qu'elle ne devrait plus reproduire.

Elle lui posa la question à propos des livres et se concentra au maximum pendant les deux ou trois secondes qui précédèrent la réponse de Philipp. Un oui clair et concis, sans aucune hésitation. Elle n'avait pas eu le temps de percevoir beaucoup de choses et en déduisit qu'il n'avait pas eu à réfléchir de trop pour répondre. En toute logique, ce devait être la vérité mais, après l'échec cuisant qu'elle venait de subir, elle se concentra un peu plus que nécessaire avant de donner son verdict.

''C'est la vérité.

Elle en était presque sûre, cette fois, mais n'afficha aucune fierté ou joie avant d'avoir la réponse. Elle s'était fait trop confiance plus tôt, avait cru pouvoir se laisser aller un instant et l'avait regretté directement. Il était temps de mettre son ego de côté et de prendre cette leçon pour ce qu'elle était et non pour un jeu. Elle était là pour apprendre, après tout.

Voilà qu'il lui fallait de nouveau trouver une question... Pour gagner du temps, Kate reprit sa tasse en main et souffla à la surface quelques secondes avant de prendre une petite gorgée de son chocolat. Elle ne savait pas quoi lui demander et fut soulagée et surprise d'entendre Philipp lui en poser une à son tour. Parler livres, elle savait faire et pouvait tenir des heures sur ce sujet, débattre de ses ouvrages préférés, convaincre les non convertis que tel ou telle auteur était génial malgré les préjugés. Oui, elle aimait les livres et saurait plus aisément tenir une conversation à ce sujet plutôt que continuer à poser des questions sans liens.

''J'aime particulièrement les livres que les moldus écrivent sur la magie, voir ce qu'ils imaginent et comment ils voient les sorciers. Ça m'étonne toujours de voir comme certains sont proches de la réalité alors que d'autres sont complètement hors sujet. Sinon j'aime les livres avec des aventures dans d'autres mondes et, évidemment, les histoires d'amour dramatique.

Oui, elle restait une fille après tout et aimait tomber amoureuse de personnages, vivre avec eux des relations qui n'avaient aucune conséquences pour elle, se plonger dans des problèmes et des sentiments qui ne lui appartenaient pas. Et quand elle était plongée dans une histoire qui la passionnait réellement, qui était écrite de telle sorte qu'elle ressentait ce que le personnage principal ressentait, il n'était pas rare qu'elle se sente désorientée en refermant un livre. Et si quelqu'un avait le malheur de la déranger pendant un passage riche en émotions, il subissait sa mauvaise humeur jusqu'à ce que, enfin, elle puisse lire la fin et passer à autre chose.

Ses livres, elle ne les lisait pas. Elle les vivait totalement et passionnément. Ceux qui ne comprenaient pas prenaient généralement la chose en dérision, se moquaient d'elle, lui disait que ce n'était qu'un livre. Pour elle, c'était une vie, une histoire dans laquelle elle se plongeait pour s'évader quelques heures, ne plus penser à ses problèmes et ses responsabilités.

''Et vous, qu'aimez-vous lire ? Hormis Jules Verne, ça va de soi.

Evidemment, elle n'avait pas résisté à la tentation de lire le titre du livre que Philipp avait feuilleté avec envie. La couverture était sublime et, pour elle qui se fiait plus à ça qu'au résumé, il était très tentant, mais elle avait plus de mal avec les grands classiques de littérature. Des chefs-d’œuvre, peut-être, mais parfois compliqué à lire, trop descriptif, pas assez sentimentaux. Elle lisait pour se détendre, pas pour se brûler les neurones à tenter de comprendre le sens des phrases.


CODE BY TIC TAC

♣ ------ ♣ ------ ♣



FEEL THE TENSION
• lilie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Avec le temps et l’expérience, seule la volonté suffit à créer ce lien.
Mes hiboux : 604
Masculin Mon âge IRL : 22

MessageSujet: Re: From nothing to legilimens [Philipp & Kate] Mer 27 Juin - 10:35

Je hoche brièvement la tête, satisfait. La réponse de Kate est juste cette fois. Et visiblement, mon idée de conversation semble l'inspirer davantage que ce petit jeu de questions-réponses stériles. Tant mieux. D’autant plus que le sujet est plutôt bien choisi : le lecture est sans doute l’une des seules choses qu’elle et moi pouvons nous vanter d’avoir en commun…
D’ailleurs c’est drôle quand j’y pense : j’ai toujours su que Kate partageait ma passion pour la lecture, et pourtant je ne me suis jamais intéressé à ce qu’elle lisait. La question ne m’avait même pas effleuré l’esprit jusque là.

[...]


J’esquisse un sourire. Elle a raison. Les livres qu'écrivent les moldus à propos du monde magique s’avèrent rarement ennuyants. Et l’inverse est vrai aussi : la façon dont certains sorciers écrivent des ouvrages théoriques à propos de la vie et des moeurs des moldus est souvent si loufoque et invraisemblable qu’il est impossible de ne pas rire.

[...]


Ce que j’aime lire ? Machinalement, je tourne la tête vers l’imposante bibliothèque abondamment garnie qui tapisse intégralement le mur du fond de la pièce. Inutile de le nier, la plupart des ouvrages appartiennent à des registres bien moins fantaisistes que ceux cités par ma collègue. Les aventures dans d’autres mondes n’ont jamais été ma tasse de thé… Un peu trop superficielles et trop peu inspirées à mon goût.

Ce que je préfères, ce sont les histoires qui sonnent vrai. Celles qui s’ancrent dans des faits et des croyances qui ont vraiment existé, celles qui témoignent de la richesse de notre monde et de nos cultures. Les ouvrages historiques par exemple, ou bien les recueils de légendes oubliées.
Et si de temps en temps je me laisse volontiers tenter par un roman plus contemporain, je finis toujours par revenir aux auteurs qui ont bercé mon enfance. Schiller, Tolstoï ou Pouchkine.
Leur plume témoigne d’une vraie profondeur, d’une vraie âme. Rien à voir avec les tissus d’absurdités que lisent parfois les gens de nos jours.

Pensif, je promène mon regard entre les différentes étagères, effleurant au passage les ouvrages sagement alignés les uns à côté des autres. Ma collection de livres n’est rien comparé à la bibliothèque que possède mon grand-père, dans la maison où j’ai grandi. Je me souviens de toutes ces après-midis passées à flâner dans ce lieu à la fois rassurant et captivant, ce royaume sacré de tous les possibles où j’aimais me perdre. Je lisais tout ce qui me tombait sous la main, parfois sans en comprendre le sens mais fasciné tout de même par la mélodie des phrases, tantôt si familière et d’autres fois si subtilement exotique.

Que répondre à Katherin ? Je fais mine de réfléchir encore quelques secondes et reprend une gorgée de chocolat. Difficile de mentir ou de dire la vérité à la question qu’elle me pose...rares sont les ouvrages qui me déplaisent vraiment.

« J’aime les livres sur les pratiques oubliées de la magie, les contes moldus, les poèmes anciens. Et Shakespeare.  »

Shakespeare. Un génie qui a inspiré une grande partie de mon adolescence et qui occupe  aujourd'hui une place d’honneur dans ma bibliothèque. Je possède l’intégralité de ses oeuvres, de Hamlet au Conte d’Hiver en passant par ses sonnets. La justesse de ses mots, la puissance de ses convictions et la profondeur de ses personnages continuerons toujours à me fasciner.


~~~~~
Lancer de dés  :
1, 4 : Mensonge !
2, 3, 5  : Verité !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ϟ
Voir le profil de l'utilisateur
Ϟ Kate Blue Ϟ
Je m'engage à vous apprendre ce que je sais.
Mes hiboux : 409
Féminin Mon âge IRL : 21

MessageSujet: Re: From nothing to legilimens [Philipp & Kate] Dim 1 Juil - 17:27




Kate & Philipp

From nothing to legilimens


La question que venait de poser Kate était compliquée, non pas pour Philipp mais pour elle. Il pourrait lui dire n'importe quoi, mentir aussi aisément qu'il lancerait un lumos, simplement transformer un "j'adore" en un "je déteste" pour la perturber et la lancer sur une mauvaise piste. Elle s'était lancée sans s'en rendre compte un défi de taille. Machinalement, elle suivit le regard de Philipp vers la bibliothèque mais s'en détourna immédiatement, ne voulant pas se faire influencer par un titre ou un auteur qui serait le seul représentant de sa catégorie, l'exception qui confirmerait la règle. Elle-même devait avoir un recueil de poésie dans ses étagères alors qu'elle n'en lisait jamais, trouvant les poèmes beaucoup trop court. Selon elle, un ouvrage n'était bon que s'il n'était pas fini après toute une journée de lecture ; moins que ça, c'était trop court, trop pauvre en pages.

Pendant un long moment, Philipp fut plongé dans une réflexion qui semblait intense, faisant probablement le tri entre ce qu'il aimait lire ou non, ce qu'il préférait et ce qui ne constituait qu'un faible pourcentage dans ses goûts. Peut-être même qu'il aimait lire tellement de styles de lectures différents qu'il ne parvenait pas à choisir lesquels il allait présenter à sa collègue pour ne pas que sa réponse devienne un monologue digne des pièces de théâtres. Alors Kate se concentra pour sentir ses émotions, percevant de l'hésitation, de l'approbation quand il trouvait une partie de réponse, de la désapprobation quand il passait sur des styles qui ne lui plaisaient pas. Lire ce qu'il ressentait n'aidait pas tellement Kate car, sans lire ses pensées, elle ne pouvait pas relier les éléments entre eux et donc deviner la réponse qui devrait être la bonne. C'est donc quand il lui proposa une réponse qu'elle se concentra sur ses émotions, histoire de voir si elles allaient nier ses paroles ou les confirmer, si elles seraient positives ou négatives. Ne percevant rien de contradictoire, elle hocha la tête.

"C'est la vérité.

Une pointe interrogative perça dans sa voix, mais Kate se rattrapa en affichant une mine plus sûre. Montrer ses incertitudes n'était pas une bonne chose, elle s'en rendait bien compte, mais après son échec cuisant un peu plus tôt, elle ne parvenait plus à être aussi sûre d'elle qu'au début de cette séance. Il allait falloir qu'elle travaille sur ce point, le doute n'étant jamais le bienvenue dans ce genre de pratique. Imaginez qu'elle récolte une information vitale dans la tête de quelqu'un mais, incertaine, n'en prenne pas compte ou la modifie en pensant avoir mal compris. Si ce genre de quiproquo peut la faire douter entre deux styles de romans, ça pourra très bien un jour déterminer le sort d'une personne.

En attendant la réponse de Philipp, elle porta à ses lèvres sa boisson refroidie et la vida en deux grandes gorgées. Une fine pellicule de sucre à moitié fondu gisait au fond de sa tasse, signe qu'elle en avait mis de trop ou que le chocolat n'était pas assez chaud. Elle ne s'en inquiéta pas et reposa sa tasse sur la table avant de se renfoncer dans son siège.

"Vous avez un titre préféré ?

Elle-même devait en avoir au moins une vingtaine sans compter les séries, et serait bien incapable de les départager pour effectuer un classement. Il y avait ceux qui avaient une intrigue captivante, d'autres qui étaient écrits de façon à ce qu'elle se plonge totalement dans le livre, certains qui la faisaient pleurer, les autres qui la faisaient sourire... Demandez-lui plusieurs jours d'affilées quel livre elle préfère et la réponse ne sera jamais la même, un peu comme pour la musique. La réponse variait selon son humeur et son état d'âme, en réalité.

   
CODE BY TIC TAC

♣ ------ ♣ ------ ♣



FEEL THE TENSION
• lilie
Revenir en haut Aller en bas
Ϟ
Ϟ Contenu sponsorisé Ϟ

MessageSujet: Re: From nothing to legilimens [Philipp & Kate]

Revenir en haut Aller en bas
From nothing to legilimens [Philipp & Kate]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Eva Longoria, Kate Moss et Kylie Minogue dézinguées par PETA
» Mariage Kate et William
» (2008) Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal
» Pourquoi maigrit-on en mangeant à sa faim?
» Wrède!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durmstrang & Magie :: L'institut :: Quatrième étage :: Appartements personnels-
Sauter vers: